Rechercher
  • Mon bébé au Canada

Comment (bien) choisir sa donneuse d’ovocytes ?


C’est une des premières questions que l’on se pose quand on débute son parcours de GPA. Et de nombreuses autres questions en découlent : quels critères choisir ? Quel est le plus important ? D’ailleurs, qu’est-il même possible de choisir ? On vous raconte comment (et pourquoi) nous nous sommes perdus – et on vous explique les choses auxquelles penser.


Je me souviens que nous nous sommes beaucoup, beaucoup interrogés au moment de choisir notre donneuse d’ovocytes au Canada. Nous avons regardé des dizaines et des dizaines de profils — et nous ne sommes complètement perdus. Les dizaines de pages avec des renseignements très détaillés (et des photos plus ou moins attrayantes) nous ont fait tourner la tête.


Et pendant plusieurs mois, nous n’avons pas été capables de choisir.


En fait, nous avons été émotionnellement submergés par l’enjeu : choisir la moitié du patrimoine génétique de notre futur enfant. Une responsabilité de la taille d’une montagne.


Si notre recherche a duré si longtemps, c’est que nous avons fait une énorme erreur : nous n’étions pas prêts (même si nous pensions l’être). Nous étions tellement excités à l’idée de débuter le parcours que nous sommes partis tête baissée.


COMMENCER PAR DEFINIR LES CRITERES

Ce que nous aurions dû faire dès le début (et que nous avons fini par faire ensuite), c’est prendre le temps de définir les critères les plus importants pour nous — et donc de tenter de répondre aux interrogations de départ plutôt que se poser ces questions au fur et à mesure que nous regardions les profils.


Cela peut paraître facile, mais ce n’est pas rien.


Nous avons donc fini par établir une liste de cinq critères principaux en identifiant ceux qui nous paraissaient “négociables” s’il devait y avoir arbitrage (si nous avions des concessions à faire).


Voici notre liste (pas par ordre hiérarchique):

>Une donneuse non-anonyme (c'est à dire dont on connait l'identité)

>Une femme jeune, brune, plutôt grande et au physique qui nous plaisait

>De bons antécédents médicaux (en tout cas pas de pathologie majeure pour elle ou sa famille)

>Un esprit et des valeurs compatibles avec les nôtres

>Une donneuse “performante” : c’est à dire dont nous savions qu’elle pourrait donner un nombre significatif d’ovocytes ce qui nous donnerait plus de chances d’avoir un nombre suffisant d’embryons pour faire plusieurs essais et dans l’optique d’avoir plusieurs enfants (ou de pouvoir en tout cas tenter).

Chose importante : ce critère est apparu tardivement mais est devenu décisif pour nous au moment de faire notre choix final.



Une fois ces critères définis clairement, nous avons pu faire notre choix en quelques jours dans les profils que nous avions présélectionnés.


Pour nous, la morale de l’histoire est la suivante : il faut prendre le temps de réfléchir au bon choix pour soi avant de se lancer et parfois se laisser guider par des critères de choix auxquels on avait pas forcément pensé, pour le bien de son parcours.


En clair, il faut se donner toutes les chances de réussites au-delà de la simple apparence physique d’une donneuse.

66 vues0 commentaire